APRÈS UNE LETTRE OUVERTE EXTRÊMEMENT DURE EN NOVEMBRE

Gabriel Dumitrascu a déposé une plainte pénale contre le ministre de l'Énergie

19 décembre 2016

L'ancien chef de l'OPSPI réclame des irrégularités dans le déroulement des procédures de recrutement de la direction de Hidroelectrica
 
Gabriel Dumitraşcu, l'ancien chef de la direction de privatisation au sein du Ministère de l'Énergie, qui s'est porté candidat pour le Conseil de Surveillance de Hidroelectrica, a déposé la semaine passée une plainte pénale contre Victor Vlad Grigorescu, l'actuel ministre de l'Énergie, au Parquet auprès de la Haute Cour de Cassation et Justice, pour l'infraction d'abus de pouvoir. M. Dumitraşcu réclame des irrégularités lors du déroulement des procédures de recrutement de la direction de Hidroelectrica.
Dans sa plainte pénale, l'ancien chef de l'OPSPI soutient : « En fait, au début de l'an 2016, en ma qualité de gérant spécial de Hidroelectrica, je, soussigné, ai porté à la connaissance du ministre de l'Energie, Victor Vlad Grigorescu, l'imminence de la sortie de Hidroelectrica de la procédure d'insolvabilité, ainsi que la nécessité de commencer les procédures de recrutement des membres du Conseil de surveillance de cette société. Acquiesçant aux fait susmentionnés, le ministre de l'Énergie a fait commencer le processus de sélection, choisissant une société spécialisée en recrutement, avec laquelle il a même négocié un contrat, mais, pour des raisons inconnues, n'a pas signé ce contrat, pour qu'il arrête la conclusion du contrat à la fin de juillet, identifiant un soi-disant vice dans la procédure de sélection, et il a désigné une autre société de recrutement, suite à une autre procédure, à savoir Transearch International SRL, avec Quest Advisors SRL. Considérant que je remplis les conditions légales et professionnelles et souhaitant faire partie du Conseil de Surveillance de Hidroelectrica, j'ai présenté mon demande à cet égard, et en remplissant les critères obligatoires, j'ai été invité à la première interview le 1er novembre 2016, interview que j'ai subie avec M. Johannes Burghold - Managing Director. À cette occasion, j'ai été surpris de constater que Monsieur Johannes Burghold ne connaissait le roumain que de manière précaire, étant tenu de soutenir l'interview, durant 70 minutes, surtout en anglais.
Ultérieurement, j'ai constaté que la plupart des candidats ont subi l'interview en roumain, avec des recruteurs roumains, la communication et l'expression étant plus faciles et plus pertinentes dans la langue maternelle. Car cette manière différente a créé un avantage supplémentaire à certains candidats, un avantage créé juste suite à la violation du principe légal du traitement équitable, j'ai décidé de présenter au ministre de l'Énergie la contestation transmise par courriel le 9 novembre 2016.
Le 10 novembre 2016, j'ai reçu de la société de recrutement la notification que le dossier du soussigné n'a pas été sélectionné pour participer à l'étape suivante de sélection. Comme j'avais formulé la contestation adressée au ministre de l'Énergie avant cette réponse, j'ai communiqué à la société de recrutement le fait que je n'allais pas prendre en compte la réponse reçue avant que la contestation en question ne reçoit une résolution de la part du ministre.
Le 19 novembre 2016, j'ai reçu de la même société de recrutement la réponse afférente à la contestation adressée au ministre, raison pour laquelle, le 21 novembre 2016, j'ai porté encore à la connaissance du ministre de l'Énergie ma contestation du 9 novembre, lui attirant l'attention à propos du fait qu'il est son attribut de vérifier la légalité de la procédure de sélection, et qu'il n'est pas suffisant de faire parvenir la plainte à la société dont l'activité j'ai demandé d'être vérifiée. Suite à ces précisions, le ministre de l'Énergie n'a pas formulé une réponse à propos des faits signalés.
À partir de cette situation de fait, j'apprécie que le nommé Victor Vlad Grigorescu, en violant les attributions légales qui lui incombaient en tant que ministre au sein du Ministère de l'Énergie, en sa qualité d'autorité publique tutélaire de Hidroelectrica, a commis l'infraction d'abus de pouvoir.
J'apprécie que l'acte pénalement sanctionné commis par le nommé Victor Vlad Grigorescu soit le résultat de la manière dont il a compris de sélectionner la société de recrutement du Conseil de surveillance, et d'ignorer les aspects d'irrégularité signalés à propos de la procédure de sélection déroulée par Transearch Internaţional SRL, violant aussi l'obligation constitutionnelle de l'autorité publique de répondre aux plaintes dans les délais et les conditions établies conformément à la loi, permettant ainsi la continuation d'une procédure de recrutement suspecte d'illégalité. »
Le ministère de l'Énergie n'a pas annoncé, jusqu'à présent, les résultats de la sélection pour le Conseil de surveillance de Hidroelectrica.
Certaines voix du marché disent que la liste courte inclut Corina Popescu, Romeo Susanu, Oana Truţa, Radu Coşarca et trois étrangers. Il semble que le Ministère a voulu nommer ce Conseil avant l'élection, mais il n'a pas bénéficié du soutien du Fonds Proprietatea.

L'Opinion du lecteur
0 commentaires
zoomer l'image

Victoire des libéraux, mais non du PNL

MAKE

Je comprends bien pourquoi les libéraux se chamaillent après l'échec des élections, mais ils ne doivent pas se fâcher, car en fait, l'électorat a choisi le libéralisme.
C'est vrai, le libéralisme sans le PNL.
Lire la suiteLire la suite

Partener
.